Les Saints Patrons

Eglise de Genas : SAINT BARTHELEMY

SAINT BARTHELEMY, 1er siècle, apôtre et martyr
Eglise de Genas

st barthelemy

Selon les exégètes, Barthélemy est vraisemblablement le Nathanaël de l’évangile de Jean, celui qui dit, apprenant que Jésus est de Nazareth :« Peut-il sortir quelque chose de bon de Nazareth ? ».
Pourtant, retourné par les paroles que lui adresse le Christ, il le suit et devient l’un de ses apôtres, en Palestine, au premier siècle.

Il était originaire de Cana en Galilée.

Après la Pentecôte, Barthélemy aurait évangélisé soit la Phrygie ( Asie mineure), soit la Mésopotamie ou la Perse, soit les Indes Orientales.
Il serait mort en Arménie, écorché vif, à la fin du premier siècle.

Il est devenu le patron des tanneurs, des bouchers et des relieurs.

Saint Barthélemy est fêté le 24 août.

Notre église possède une statue de Saint Barthélemy, à coté de l’autel latéral dédié à Marie.
Notre saint patron est représenté avec un couteau évoquant son martyr.
Un vitrail le figurant existe aussi dans le chœur de l’église.

Eglise d’Azieu : SAINT GERVAIS et SAINT PROTAIS

SAINT GERVAIS ET SAINT PROTAIS , martyrs des premiers siècles
Eglise d’Azieu

saint gervais

Gervais et Protais sont deux martyrs dont les corps furent découverts à Milan par Saint Ambroise qui les y ensevelit le 19 juin 386 sous l’autel de l’actuelle basilique San-Ambrogio.

Ils seraient frères jumeaux et auraient vécu sous le règne de l’empereur Néron. Ils refusèrent de sacrifier aux idoles par fidélité à leurs baptêmes et furent condamnés à mort.Gervais fut frappé avec des fouets garnis de plomb jusqu’à ce qu’il rendit l’esprit. Protais fut frappé à coup de bâton puis fut décapité.

Saint Ambroise les présenta comme des modèles. Des miracles se produisirent par leurs intercessions. Leur culte gagna toute la Gaule où un grand nombre d’églises leur furent consacrées.

saint protais

Saint Gervais et Saint Protais sont fêtés le 19 juin.

Notre église possède deux petites statues en bois figurants les deux saints . Elles sont situées sur la droite de l’autel, au dessus du siège en bois destiné au célébrant.

Ils sont représentés avec les instruments évoquant leur supplice : le fouet pour Gervais et l’épée pour Protais. Tous deux portent aussi la palme du martyr.

Eglise de Chassieu : SAINT GALMIER

SAINT GALMIER , serrurier-forgeron et moine
Eglise de Chassieu

St Galmier
Saint Galmier vécut au 7ème siècle et était contemporain de Dagobert 1er et Saint Eloi, même s’il ne les a probablement pas connus.

Originaire du Forez, il est né vraisemblablement entre la ville qui porte actuellement son nom et Avézieux toute proche. Galmier exerça le métier de serrurier-forgeron à Lyon et était réputé pour son goût du travail bien fait. Il était très apprécié de son entourage pour sa grande charité. Il partageait sa propre nourriture et vendait même ses outils les moins utiles pour pouvoir donner à manger aux pauvres qui passaient. Il fut remarqué par l’abbé de St Just « comme de l’or
caché sous la cendre » et devint ensuite moine dans ce monastère de Lyon. Les règles, qui y prescrivaient le travail, lui permirent de continuer son ancien métier.
Il fut ordonné sous-diacre mais refusa toujours la prêtrise, s’en croyant indigne. C’était un homme d’une grande humilité et d’une profonde piété. Il louait Dieu inlassablement et aimait à répéter « Deo Gratias » (rendons grâce à Dieu).

Après sa mort, vers 650, des miracles fleurirent sur sa tombe.

Saint Galmier est le patron des serruriers

Il est fêté le 27 février

Un vitrail à son effigie a été posé en 2002 au-dessus de l’autel, dans le chœur de l’église. Le saint est figuré plutôt jeune, revêtu de sa robe de diaconat. Il est entouré de ses attributs de serrurier-forgeron (la clé, la pince, le marteau et l’enclume).

Eglise de Saint Bonnet de Mure : SAINT BONET

SAINT BONET , 7ème siècle, célèbre évêque de Clermont-Ferrand
Eglise de St Bonnet

Saint bonet

Né en auvergne vers 623, Bonet (ou Bonitus, Bonnet) appartenait à une famille sénatoriale.

De solides études, exceptionnelles en son temps, l’avaient familiarisé avec l’écriture, la grammaire, la rhétorique et le droit romain. Il se préparait ainsi à une carrière à la cour du roi.
Il devint l’homme de confiance du roi d’Austrasie, avant d’être appelé par Thierry III, roi de Neustrie et de Bourgogne, à gérer la « préfecture » de Marseille en 677.

Il la géra avec beaucoup de douceur et interdit la vente des esclaves, tout en rachetant tous ceux qu’il pouvait. Il pratiquait un ascétisme sévère.

La réputation de Bonet franchit rapidement les limites de la Provence. Le frère de Bonet, Saint Avit, évêque de Clermont, sentant sa fin proche, le réclama pour successeur et obtint l’accord du roi pour cette nomination. Bonet occupa le trône épiscopal de Clermont vers 690, où il devint l’une des plus belles figures de l’église des Gaules. Partagé entre les honneurs de ses fonctions et la profonde humilité de son cœur, Bonet se retira en l’abbaye de Manglieu (Auvergne) pour méditer. Puis il entreprit un pèlerinage à Rome. Chemin faisant, il découvrit le calme et la sérénité en l’abbaye de l’Ile-Barbe, près de Lyon. Il y séjourna quelques temps pour « apaiser » le conflit opposant l’évêque de Lyon au roi Burgonde.

Plusieurs prodiges jalonnèrent sa route jusqu’à Rome où il racheta de nombreux captifs. Conseillé par le pape Jean VI, il abandonna toutes ses fonctions et revint à l’Ile-Barbe où il obtint la plus modeste des cellules de l’abbaye. C’est là, si proche de chez nous, qu’il mourut d’une attaque de goutte le 15 janvier 706.

La dépouille de Bonet resta 6 ans exposée à la piété des fidèles en l’église des Dames de Saint Pierre (aux Terreaux actuellement) C’est que Bonet avait accompli des miracles avec de l’huile provenant des lampes du tombeau de Saint Pierre, huile qu’il avait donné à ces religieuses de Lyon.

Le retour à Clermont des restes miraculeux du saint fut autorisé en 712. C’est alors que s’ébranla le célèbre cortège, le plus mémorable, au milieu d’une foule exubérante, massée tout le long de la route de Lyon à Clermont.

De nombreuses paroisses adopteront Bonet pour saint patron, soit sur le passage de la célèbre « translation », soit au moment de son déroulement.

Saint Bonet est fêté le 15 janvier.

Notre église possède une statue de son saint patron, en habit d’évêque.

Hymne à Saint Bonet « O Bonite »

O Bonite Pater alme
Apostole gentis nostrae
Fidei doctor praeclare
Quos amas ti nunc tuere
De Coelo potentius.

O Saint Bonet Père vénéré
Apôtre de nos ancêtres
Maître illustre de la foi
Protège maintenant ceux que tu aimes
Du ciel, avec puissance.

Eglise de Saint Laurent : SAINT LAURENT

SAINT LAURENT, 3ème siècle, diacre et martyr
Eglise de St Laurent

Saint Laurent

D’origine espagnole, Laurent était diacre à Rome auprès du pape Saint Sixte II.

Lors des persécutions de l’empereur Valérien, il fut arrêté avec le pape et trois autres diacres. Ceux-ci, ainsi que le pape, furent décapités sur-le-champ, le 6 août 258.

Laurent, lui, fut laissé en vie : comptable des biens de l’église de Rome, notamment de la caisse des aumônes, il fut soumis à la torture afin qu’il révélât où se trouvaient ces biens. Devant son refus courageux, il fut brûlé vif sur un gril, le 10 août 258.

Sa fête, le 10 août, coïncide avec la période des pluies d’étoiles filantes que l’on appelle larmes de Saint Laurent.

Dans notre église, la statue de Saint Laurent est placé sous l’abat-voix de la chaire primitive.
Notre saint patron est représenté en habit de diacre, portant la Bible et la palme du martyr.

Prier avec Saint Laurent :

Seigneur,
Tu as donné au diacre Saint Laurent
De se montrer fidèle à ton service,
Et d’être fidèle à ta parole jusqu’au martyr.
Accorde nous d’aimer comme il a aimé,
De vivre ce qu’il a enseigné
Et de témoigner de l’évangile là où nous sommes.

0 | 5

Mentions légales | Plan du site | écrire au webmestre | SPIP | Déconnecter
Tous droits réservés - © Paroisse de l'Alliance